La Fin de la Loi ?

Aujourd’hui certains peuvent se poser la question qu’est-ce que cela signifie « ne plus être sous la loi » ou en encore, si ne ne sommes plus tenu de respecter la loi de Moïse, pourquoi donc il est toujours interdit de tuer, de coucher avant le mariage etc…

Voici un élément de réponse :

Dans la Bible, plus particulièrement dans les Écritures (ce qui est appelé « Ancien Testament » dans nos Bibles), on distingue différents types de lois que nous allons voir, ce qui va nous permettre de bien comprendre.

1 – les lois Cérémonielles. Hébreux 9.1-10 ; Lévitique 16 ; Nombres 4

Ces lois sont relatives au culte et concernaient le Tabernacle : les sacrifices, les ablutions, le service dans le Temple, etc…

Les juifs avaient toutes sortes de rîtes à respecter, comme se purifier avant le service dans le Temple pour les Lévites et Sacrificateurs, présenter un sacrifice lorsqu’on avait péché, amener une dîme aux Lévites et une autre pour les fêtes de l’Éternel, ils ne devaient pas manger certains aliments considérés comme impurs, etc…

Et ces lois ont commencé dès la fondation du monde, « l’Agneau de Dieu a été immolé dès la fondation du monde » dit Apocalypse 13.8, avant que Dieu donne la Thora à Moïse. Caïn, Abel, Noé, Abraham, etc… offraient déjà des sacrifices en leur temps (Genèse 4.3-4 ; Genèse 8.20 ; Genèse 12.7 ; etc…), Abraham pratiquait déjà la circoncision (Genèse 17.13).

Jésus a accompli toutes ces lois, c’est pour cela qu’il dit en Matthieu 5.17 « Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes. Je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir » et en Jean 19 : 30 que « tout est accompli ».

En Jésus le voile a été déchiré par son sacrifice, il n’y a plus de Temple, si ce n’est nous même (1 Corinthiens 3.16), ni de Sacrificateurs, si ce n’est nous même encore (1 Pierre 2.9), nous sommes tous Sacrificateurs, nous avons tous accès à la présence de Dieu.

Et lorsqu’une tâche est accompli, nous n’avons plus à la refaire, c’est pourquoi nous n’avons plus à offrir de sacrifices ou à accomplir toute autre pratique de la loi cérémonielle.

Avant on pratiquait la circoncision de la chair, aujourd’hui c’est la circoncision du cœur (spirituellement), on offrait des sacrifices et offrandes, aujourd’hui Christ s’est offert comme le sacrifice parfait et nous offrons notre vie à Dieu. L’Ancienne Alliance est l’ombre des choses qui étaient à venir ( Colossiens 2.17 ; Hébreux 8.5 et 10.1), elle était pour nous amener à Christ (Galates 3).

À lire : Hébreux 9.10 ; Hébreux 8.13 ; Hébreux 7.12

Petites définitions :
Le sacerdoce : service (ou ministère) que les Sacrificateurs effectuaient pour Dieu.
Sacrificateur : juif appartenant à la tribu de Lévi et descendants d’Aaron.
Tabernacle : Temple

2 – les lois Morales (Exode 20.1-17 ; Lévitique 18 ; Deutéronome 6 ; 1 Corinthiens 6.9-10)

Ces lois existent depuis l’éternité, Dieu ne change pas (Hébreux 13.8) il est saint et il veut un peuple saint, ces lois s’appliquent toujours elles sont gravées dans notre cœur selon la promesse que Dieu avait faite en Jérémie 31.31-33 ; Ézéchiel 11.19-20 et Ézéchiel 36.25-27.

Jésus a dit que toute la loi et les prophètes se résumaient dans ces deux commandements :
• tu aimeras ton Dieu
• tu aimeras ton prochain
(Matthieu 22.37-40)

Si nous aimons Dieu nous ne pratiquerons pas le péché, de la même manière que si nous aimons quelqu’un nous allons faire en sorte de lui être agréable.

C’est aussi pour ça que la loi est accompli (Romains 13.8-10), l’amour a été répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit (Romains 5.5).

Ceux qui pratiquent le péché n’hériteront pas le Royaume, tuer est toujours un péché, voler, mentir, violer, forniquer, pratiquer l’impudicité, etc…

3 – les lois Sociales (Exode 21 ; Nombres 27)

Ce sont des lois civiles régissant la vie sociale d’Israël, ces lois n’ont rien à voir avec les croyants de la Nouvelle Alliance.

Les lois française concernent ceux qui sont sur le territoire français, ceux qui sont aux États-Unis sont soumis à d’autres lois.

Il existait également des lois civiles et sanitaires, elles peuvent être considérées comme appartenant aux lois sociales.

Voilà pourquoi nous ne sommes plus sous la loi (Romains 10.4) et nous ne devons plus faire de sacrifices ou autre (Galates 3.10), mais que tuer ou mentir reste un péché (1 Corinthiens 6.9).

GLOIRE A DIEU, AU SEIGNEUR JESUS CHRIST NOTRE SAUVEUR !

2574737559_small_1
Publicités
Published in: on septembre 22, 2009 at 3:04  Laisser un commentaire  

LE SACERDOCE UNIVERSEL !

Le mot « sacerdoce » veut dire « service », « ministère ». C’est le ministère d’un sacrificateur.
1 Pierre 2.9 nous dit que tous les chrétiens sont un sacerdoce royal, c’est-à-dire qu’ils sont à la fois sacrificateurs et rois (cf. aussi Apocalypse1.6 et 5.10). Et par ce fait, ils exercent le ministère de sacrificateur (ou prêtre) et de roi. Ainsi, le sacerdoce royal est universel : il concerne les chrétiens du monde entier.

Sous l’ancienne alliance, le service d’un sacrificateur consistait dans l’adoration, l’offrande des sacrifices, les cultes et les prières adressés à l’Eternel dans le Tabernacle, et par la suite dans le Temple.

Le premier Tabernacle ou Temple de Dieu sur terre était Adam car Dieu avait soufflé son Esprit Saint en lui (Genèse 2.7). C’est donc en Adam que Dieu a premièrement « habité » sur terre, il était la maison de Dieu. Mais après le péché d’Adam, le Temple qu’il était, étant devenu souillé. Et cela de plus en plus au fil du temps, Dieu a retiré son Esprit en lui (Genèse 6.3).
Cependant, comme Dieu voulait toujours habiter avec les hommes, il a demandé à Moïse de construire le deuxième Tabernacle, un temple ambulant (Exode 25-27); ensuite à Salomon, le troisième Temple (1 Rois 7-8) qui a été reconstruit par Zorobabel, roi de Juda (Zacharie 6.12-13) et puis par Hérode, roi de Juda (Matthieu 24.1) car les hommes ne cessaient de souiller le Temple et Dieu envoyait son jugement en le détruisant.

Le dernier Temple terrestre que Dieu a construit, c’est l’Eglise car en Christ, nous (les vrais chrétiens marchant dans la crainte du Seigneur) sommes à nouveau le Tabernacle ou le Temple spirituel de Dieu (1Corinthiens 3.16-17), un temple saint, une habitation de Dieu en Esprit (Ephésiens 2.20-22), la maison du Dieu vivant, la colonne et l’appui de la vérité (1Timothée 3.15).

Hébreux 9.1-5 nous parle du deuxième Tabernacle construit par Moïse, appelé ici le sanctuaire terrestre, dans lequel se trouvait l’arche de l’alliance qui représentait Jésus, la présence et la gloire de Dieu. La manne et les tables qui se trouvaient dans l’arche représentaient la Parole de Dieu et le bâton d’Aaron, l’autorité du Christ. Seuls les sacrificateurs, lévites descendants d’Aaron (car parmi les lévites, seuls les descendants d’Aaron pouvaient être sacrificateurs) pouvaient rentrer dans le lieu saint de ce Tabernacle. Ils étaient les médiateurs entre Dieu et le peuple d’Israël, les représentants de Dieu auprès du peuple. Quand le peuple voulait connaître la Torah, il devait passer par les sacrificateurs ; de même pour l’adoration, la prière, les sacrifices et les offrandes adressés à Dieu.

Le même fonctionnement a été repris dans les autres Temples jusqu’à la naissance de l’Eglise.
Les sacrificateurs, descendants de Lévi étaient séparés du peuple (Nombres 18) comme l’avait prophétisé Jacob dans Genèse 49.5-7 et étaient les seuls à pouvoir avoir accès à la manne, la Parole de Dieu.

Le même fonctionnement a été repris dans les autres Temples jusqu’à la naissance de l’Eglise.
Les sacrificateurs, descendants de Lévi étaient séparés du peuple (Nombres 18) comme l’avait prophétisé Jacob dans Genèse 49.5-7 et étaient les seuls à pouvoir avoir accès à la manne, la Parole de Dieu.

Mais à la base, Dieu voulait que tous les juifs soient sacrificateurs et puissent accéder à sa manne, sa Parole. Mais cela n’était pas possible à cause du péché des hommes.
C’est pourquoi, gloire soit rendue au Père éternel de ce que par son fils Jésus-Christ qui a payé pour nos péchés à la croix, la prédication, la connaissance de la Parole ou la manne qui n’était réservée qu’aux sacrificateurs lévites est accessible aujourd’hui à tous les chrétiens. En effet, sous la grâce, tous les chrétiens sont sacrificateurs (Apocalypse 1.6) et peuvent tous bénéficier de la manne : être enseignés et manger la Parole de Dieu.

Malheureusement au IVème siècle, Constantin, empereur romain, a mis en place le clergé : un corps de religieux séparés du peuple, qui était le seul à pouvoir accéder à la Parole de Dieu et être enseigné. En effet, Constantin avait fait en sorte que la Parole de Dieu ne soit écrit qu’en latin, langue que seul le clergé catholique pouvait comprendre. Il a ainsi éloigné le peuple de la connaissance de la Parole de Dieu et l’a maintenu dans l’ignorance.

Ce n’est qu’au XVIème siècle que Luther a traduit la Bible dans la langue de son peuple, Calvin dans la sienne et les autres ont suivit. Puis tous deux ont commencé à dénoncer le système catholique. Mais le protestantisme a fait l’erreur de ne pas donner accès à l’enseignement de la Bible au peuple de Dieu pour qu’il la comprenne. Ce n’étaient que les pasteurs qui étaient enseignés dans des écoles théologiques.
Ainsi les chrétiens pouvaient lire la Bible dans leurs langues mais ils n’en avaient pas la révélation. C’est pourquoi jusqu’aujourd’hui les chrétiens sont souvent passifs dans les assemblées car ils n’ont pas la connaissance de la Parole pour pouvoir la partager comme dit 1 Corinthiens 14.26.

Or le sacerdoce royal et universel des chrétiens consiste :

– dans l’adoration : L’adoration, l’intercession et la prière sont les bases du ministère des chrétiens. Cela ne peut être confié à un groupe de personnes, comme le groupe de louange ou d’intercession dans la plupart d’assemblées.

– dans la communion fraternelle : les dons (don de prophétie, de guérison, de la foi, etc.) et les ministères (apôtres, docteurs, ministères de la compassion, de la libéralité, etc.) ont été donnés pour l’utilité commune. La diversité de dons et de ministères crée l’unité (1 Corinthiens 12.4-12 et 28-31). C’est pourquoi un chrétien ne peut vivre seul sa communion avec le Seigneur. Ce n’est pas la volonté de Dieu.

– dans l’exercice des dons et ministères dans le monde : tous les chrétiens sont la lumière du monde (Matthieu 5.14-16). Ils doivent éclairer le monde, dans leur maison, leur voisinage, leur lieu de travail, etc. sur son état de pécheur.
Et comme nous l’avons déjà vu, le bâton d’Aaron représentait l’autorité de Christ ; donc en Christ, tous les chrétiens ont l’autorité de Christ sur le monde, pour délivrer les hommes des démons (Matthieu 16.17 ; Luc 10.19) et non pas seulement les pasteurs, les apôtres, les prophètes, etc. comme nous constatons malheureusement aujourd’hui.

« Vous avez été rachetés à un grand prix ; ne devez pas esclaves des hommes » 1 Corinthiens 7.23. Les hommes ici peuvent être les pasteurs, les évangélistes, les docteurs ou un groupe quelconque dans les assemblées qui s’approprient le sacerdoce universel et rendent les chrétiens esclaves.
Frères et sœurs, nous sommes tous sacrificateurs et égaux dans le Seigneur. Ne permettez à personne de vous mettre sous le joug de l’esclavage !

GLOIRE A DIEU, ET MERCI SEIGNEUR POUR TA LUMIERE !
 2512010103_small_2

Published in: on septembre 22, 2009 at 2:59  Laisser un commentaire  

Jésus Christ la pierre angulaire !

Lorsqu’un projet de construction d’un édifice est émis, nous connaissons généralement les
démarches préalables à accomplir avant d’aboutir au plan de l’architecture de cette œuvre.
Ensuite, on construit selon le plan qui est tracé.

Il est généralement convenu de creuser d’abord dans le sol et d’y bâtir une fondation solide,
sur laquelle on élèvera tout l’ensemble de l’édifice. Dans les constructions antiques, on se
servait d’une pierre angulaire qui devait garantir la solidité et un niveau élevé de sécurité à
l’édifice ainsi bâti, et ce, quelque soit son envergure.

C’est cette image qu’utilise la Parole de Dieu à plusieurs reprises pour illustrer ou révéler
l’une des natures de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Il est en effet, cette Pierre
qu’avaient rejetés ceux qui bâtissaient, mais qui est devenu, bien malgré eux (pour montrer
que Dieu est au contrôle de toutes choses, quelque soit la volonté de l’Homme), la pierre
principale de l’angle, sans laquelle rien ne peut se faire.

« Jésus est la pierre rejetée par vous qui bâtissez, et qui est devenue la principale de
l’angle… » Actes 4 :11

Les religieux, les théologiens veulent bâtir l’œuvre de Dieu sans se préoccuper du maître. Ils
mettent en place des discours, des philosophies, des pratiques (la dîme, le dieu Mammon,
les cures d’âme, la relation d’aide, « psychologie chrétienne », l’évangile de la terre, doctrine
de Nicolaïtes, de Balaam et toutes sortes d’offrandes) et des traditions d’hommes qui n’ont
rien à voir avec la Parole de Dieu, la saine doctrine. Ils enseignent des choses qu’ils ne
vivent pas eux-mêmes. Des choses dont ils ne portent pas le témoignage. Ils s’évertuent à
changer des vies des gens quand eux-mêmes n’ont jamais réellement expérimenté la
rencontre avec Le Maître Jésus-Christ ressuscité, rencontre qui est la source du
changement des cœurs jadis pécheurs. Ils mettent en place toutes sortes de liturgie toutes
aussi charnelles que mortes. La vie de l’Esprit est reléguée au second plan.

Les programmes sont bien figés et des doctrines qui annulent l’action de l’Esprit de Dieu dans les
cœurs des hommes et des femmes pour lesquels le Messie s’est donné.

Par toutes ces pratiques, ceux qui bâtissent montrent qu’ils ne veulent absolument pas se
soumettre au Messie. Ils préfèrent se confier en des « béquilles » visibles, plus rassurant à
leurs yeux que la vie de l’Esprit de Dieu. Ils rejettent ainsi La pierre principale de l’angle sur
laquelle pourtant, et sur elle seule, devait être fondée toute construction digne de ce nom
dont on souhaite la pérennité. Jésus-Christ est la Pierre angulaire choisi par le Père.
« Paul, serviteur de Jésus-Christ, appelé à être apôtre, mis à part pour annoncer l’Évangile
de Dieu, qu’il avait promis auparavant par ses prophètes, dans les saintes Écritures,
touchant son Fils, né de la race de David selon la chair, et, selon l’esprit de sainteté, déclaré
Fils de Dieu avec puissance, par sa résurrection des morts, savoir, Jésus-Christ notre Seigneur» (Romain : 1 : 4 ).

Jésus-Christ a été pleinement déclaré Fils de Dieu avec puissance et avec sainteté. Il nous
faut aimer l’esprit de sainteté. C’est ainsi que plus nous y grandirons, plus la haine du péché
et du mal remplira nos cœurs ; les gens qui vivent dans le péché qui nous approcherons le
sentiront. Ils pourront être gagnés au Seigneur ou fuiront.

« Joseph est le rameau d’un arbre fertile, le rameau d’un arbre fertile près d’une source; ses
branches ont couvert la muraille. Des archers l’ont harcelé, lui ont lancé des traits et l’ont
attaqué. Mais son arc est demeuré ferme, et ses bras et ses mains ont été renforcés par les
mains du Puissant de Jacob, du lieu où réside le Berger, le Rocher d’Israël. »
Genèse 49 : 22-24.

Dans ce passage, Jacob étant en train de bénir prophétiquement tous ses enfants, il déclare
que tout homme devrait se reposer sur la pierre angulaire qui est le rocher d’Israël. Le rocher
représente la fondation, la base de tous nos projets.

« Et toute l’assemblée des enfants d’Israël partit du désert de Sin, suivant leurs étapes,
d’après le commandement de l’Éternel. Et ils campèrent à Réphidim; et il n’y avait point d’eau
à boire pour le peuple. Et l’Éternel répondit à Moïse: Passe devant le peuple, et prends avec
toi des anciens d’Israël, et prends en ta main la verge dont tu frappas le fleuve, et marche.
Voici, je me tiendrai devant toi, là, sur le rocher, en Horeb, et tu frapperas le rocher; et il en
sortira de l’eau, et le peuple boira. Moïse fit donc ainsi aux yeux des anciens d’Israël. »
Exode 17 : 1-6.

« Et Moïse dit: Je te prie, fais-moi voir ta gloire! Et l’Éternel répondit: Je ferai passer toute ma
bonté devant ta face; et je crierai devant toi le nom de l’Éternel; je ferai grâce à qui je ferai
grâce, et j’aurai compassion de qui j’aurai compassion. Et il dit: Tu ne pourras pas voir ma
face; car l’homme ne peut me voir, et vivre. L’Éternel dit aussi: Voici un lieu près de moi; tu te
tiendras sur le rocher; Et il arrivera que quand ma gloire passera, je te mettrai dans le creux
du rocher, et je te couvrirai de ma main jusqu’à ce que j’aie passé; Et je retirerai ma main, et
tu me verras par-derrière; mais ma face ne se voit point.» Exode 33 :18-23.

l apparaît que Jésus-Christ est le rocher qui précédait et gardait le peuple d’Israël depuis sa
libération de l’esclavage du pays d’Egypte (1 Corinthiens 10 :1-4). C’est ce que le peuple
devait réaliser pour ne se tenir que sur le Rocher, quelque soit l’adversité que l’Eternel
permettait qu’ils connaissent.

Aussi, apprenons-nous que pour voir la Gloire de Dieu, ou pour avoir la révélation du messie
et aller plus dans l’excellence en tant que chrétien, le lieu de rencontre avec Dieu, c’est le
rocher. Il nous faut nous tenir sur le Roc. Se tenir sur la vérité de la Parole de Dieu, la crainte
de Dieu, l’humilité, la sanctification, la pureté…
Le rocher, La pierre angulaire se tient aussi devant les accusateurs des saints pour les
défendre quand ils sont fondés sur lui.

« Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l’ange de l’Éternel, et Satan
qui se tenait à sa droite pour l’accuser… Car voici, pour ce qui est de la pierre que j’ai placée
devant Josué, il y a sept yeux sur cette seule pierre; voici, je graverai moi-même ce qui doit y
être gravé, dit l’Éternel des armées; et j’enlèverai l’iniquité de ce pays, en un jour. »
Zacharie 3 :1-9.

Lorsqu’on est basé et fondé sur le Rocher, on a l’assurance, parce qu’on sait en qui on a cru.
On sait ce que l’on veut. On connaît son identité en Jésus-Christ. Ainsi, quelque soit les
vents, les combats, les épreuves, les calamités, les crises, on ne vacille pas mais l’on est
stable, persévérant et debout dans la Parole de Dieu.

Les cœurs qui ont la révélation de La Pierre angulaire, ce sont ceux qui ne paniquent pas
lorsque le vent souffle, mais ils se savent en sécutité entre les mains de celui qui est l’alpha
et l’oméga (Apocalypse 1 :8). C’est pourquoi ils ne sont pas de « ceux qui se retirent pour se
perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme. » Hébreux 10 :39.

Gloire à la Pierre angulaire, le rocher, le Roi des nations : Jésus-Christ !

Published in: on septembre 22, 2009 at 2:55  Laisser un commentaire  

La revelation de l’agneau de DIEU !

« Il arriva, après ces choses, que Dieu éprouva Abraham, et il lui dit: Abraham! Et il
répondit: Me voici. Et il dit: Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, et va-t’en au
pays de Morija, et là offre-le en holocauste, sur une des montagnes que je te dirai (…). Alors
Isaac parla à Abraham son père, et dit: Mon père! Abraham répondit: Me voici, mon fils. Et il
dit: Voici le feu et le bois; mais où est l’agneau pour l’holocauste?» (Genèse 22:1-7).

Abraham le patriarche était un homme de foi. Il fut d’ailleurs appelé le père de la foi, parce
que durant sa longue vie, il a eu une confiance totale et aveugle en l’Eternel qui le lui a
imputé à justice. Mais l’Eternel pour affermir notre foi et mieux la bâtir en Christ le rocher,
nous fait toujours passé par diverses épreuves. Après avoir fait la promesse d’une postérité
à Abraham bien qu’il fût vieux et sa femme Sarah, « humainement trop avancée en age »
pour concevoir, l’Eternel honora sa Parole en leur donnant Isaac, le fils de la promesse.
Et pour épreuve, Dieu lui redemande l’âme de ce fils tant attendu. Abraham, sans se poser
de question, sans le moindre doute, s’apprête à exécuter l’ordre du Seigneur.

Mais une question vient à monter à l’esprit de l’enfant. Car en effet, Abraham allait avec
l’enfant sur la montagne pour adorer. Autrement dit, selon la pratique de l’époque, ils y
allaient pour sacrifier une (ou plusieurs) victime à Dieu, qui devait en agréer l’odeur, le
parfum. Et cette question est : « …mais où est l’agneau pour l’holocauste ? ».

Pendant des siècles, l’Agneau parfait qui devait sauver les hommes de la condamnation du
péché a été un mystère. Le peuple d’Israël était un peuple au cou raide et au cœur versatile,
Il allait tantôt vers l’Eternel, tantôt à cause de leurs convoitises, vers les faux dieux, que les
peuples voisins servaient.

Jusqu’au moment où paru Jean-Baptiste, pour prêcher au peuple de revenir vers les voies
pures et saines de l’Eternel des armées. Ainsi, Jean eu la révélation sur le Messie, l’agneau
qui devait effectivement venir pour sauver l’Homme et ôter tout son péché.
« Le lendemain, Jean vit Jésus qui venait à lui, et il dit: Voici l’agneau de Dieu, qui ôte le
péché du monde. » Jean 1 :29

L’agneau qui longtemps avant, par la volonté souveraine de Dieu était un mystère que même
les prophètes de l’ancienne alliance ne pouvaient percer. Parce qu’il ne devait être révélé
qu’au temps marqué par l’Eternel lui-même. (1 Pierre 1 :10)

L’agneau a été révélé dans toute sa splendeur et sa gloire. Cet agneau est aussi le LION de
la tribu de Juda, le maître de toute chose. Il est dit de lui qu’il est le principe de toute la
création. C’est par lui que toute chose existe et ce n’est que par sa volonté qu’elles existent.
(Voir Jean 1 et Hébreux 1).

Quand on a la révélation de Jésus-Christ, les éventuels écailles qui nous empêchent de voir
la gloire de Dieu tombent. On n’a plus qu’une connaissance théologique du maître que l’on
sert, mais on a le cœur qui est complètement embrasé de son amour et dévoré par son zèle.

Dès lors, TOUT de nous est centré sur le messie et rien d’autre ! On veut toujours aller plus
loin dans l’intimité avec le maître, Jésus-Christ ressuscité ! Celui qui est élevé dans la Gloire
et qui règne pour toujours.

En effet, après avoir vécu parmi les hommes, et avoir été crucifié pour le salut de l’humanité,
il fut ressuscité pour donner la vie et de l’espérance à tous les Hommes qui croiraient en son
Nom. Mais voici qu’à cette période, ceux de ses disciples qui l’avaient fidèlement suivi et cru
en lui désespérèrent, après qu’ils l’avaient vu humilié et mort depuis trois jours sans que
quelque chose de spectaculaire se soit passé comme ils s’y attendaient. Car ils avaient
placé en lui toute leur confiance.

Dans cette angoisse (cette épreuve), certains étaient retourné à leur ancienne vie, d’autres
encore, avaient abandonné leur espérance. Car quel intérêt aurait encore eu une telle
confiance se résignaient-ils. Deux de ces disciples faisant route vers le village d’Emmaüs
montrent clairement l’état d’esprit abattu qui était leur partage, à cause de tous les
évènements qu’avait enduré le messie «sans se défendre ».

« Ce jour-là même, deux d’entre eux s’en allaient à un bourg, nommé Emmaüs, qui était
éloigné de Jérusalem de soixante stades. Et ils s’entretenaient ensemble de tout ce qui était
arrivé. Et comme ils s’entretenaient, et qu’ils discutaient, Jésus lui-même, s’étant approché,
se mit à marcher avec eux… Pour nous, nous espérions que ce serait lui qui délivrerait
Israël, et cependant, voici déjà le troisième jour que ces choses sont arrivées…. Alors il leur
ouvrit l’esprit, pour qu’ils comprissent les Écritures. » Luc 24 :13-48

Le maître a dû leur ouvrir l’esprit, leur ôter le voile qui les maintenaient dans la religion et les
traditions d’Hommes. Tous ces disciples, après avoir vu le maître ressuscité, ils n’étaient
plus les mêmes personnes, animés par la peur des religieux du sanhédrin. Parce qu’ils
avaient la révélation de l’Agneau, ils le connaissaient désormais dans une autre dimension.
Ils étaient remplis de hardiesse et de zèle pour faire efficacement l’œuvre du Seigneur sans
compromis.

L’agneau s’est encore révélé de manière glorieuse à Jean qui, à cause de l’Evangile, la
Vérité, s’est retrouvé sur l’île de Patmos. Jean était un disciple qui a connu et marché avec
Jésus-Christ homme sur terre. Mais à Patmos, il a vu une autre dimension de Jésus-Christ
ressuscité, Le Dieu éternel.

De la même manière, Paul a été percutant et influent dans son ministère, parce qu’il a
réellement rencontré le vrai Jésus-Christ ressuscité ! Sa foi, sa fermeté, sa persévérance, sa
manière de servir le Seigneur ne pouvaient en être que transformé.

Ainsi, quand on a expérimenté la révélation du messie, notre vision change, on sait faire
confiance au Seigneur et ne s’attendre qu’à lui quoiqu’il arrive. On adore celui que l’on
connaît. On rachète le temps pour le Seigneur et lui consacrons nos cœurs.
Le Père recherche des cœurs qui ont sa révélation et qui ont soif de lui être soumis !

Que la grâce du seigneur soit avec vous !9018_1038425856148_1690586908_78846_246845_n

Published in: on septembre 22, 2009 at 2:51  Laisser un commentaire  

Le premier pas vers Jésus Christ, c’est la repentance !

1. Se repentir.

Les premières paroles données par le Seigneur Jésus à un
monde chargé de péchés furent: «Repentez-vous!» Il a dit: «Le
temps est accompli, et le Royaume de Dieu est proche. Repentez-
vous et croyez à la bonne nouvelle» (Marc 1:14). Il a aussi
donné l’ordre que la repentance et le pardon des péchés soient
prêchés en Son nom à toutes les nations, en commençant par
Jérusalem (Luc 24:47). L’apôtre Pierre avait ordonné à la multitude,
le jour de la Pentecôte: «Repentez-vous, et que chacun de
vous soit baptisé au nom de Jésus pour le pardon de vos péchés»
(Actes 2:38).

La repentance est un changement d’attitude envers Dieu.
Avant de se repentir, un pécheur considère le péché comme
quelque chose de merveilleux, ou, à la rigueur, de tolérable.
Après s’être repenti, il connaît le péché comme étant une chose
absolument abominable et intolérable. Avant de se repentir, il
n’attache aucune importance au Seigneur Jésus. Après s’être
repenti, il Le reconnaît comme étant le Seigneur Suprême. Avant
sa repentance, il considère les lois de Dieu comme étant dures et
méchantes. Après sa repentance, il les considère comme étant
douces et bonnes. Le pécheur se repent devant Dieu de sa nature
de péché et de ses oeuvres pécheresses.

2. Confesser le péché.

Ce changement d’attitude doit conduire à une confession
profonde du péché. Le pécheur doit confesser au Seigneur son
péché de rébellion et tous ses péchés, de préférence l’un après
l’autre. Ceci doit être fait aussi soigneusement que possible. La
Bible dit: «Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste
pour nous les pardonner et pour nous purifier de toute iniquité»
(1 Jean 1:9). Cette confession des péchés doit être profonde et
minutieuse. Dieu n’acceptera pas de demi-mesure.

3. Recevoir Christ.

Quand le pécheur a confessé ses péchés et que Dieu l’a
purifié, il possède maintenant un coeur dans lequel le Seigneur
Jésus peut venir habiter. Le Seigneur doit alors être reçu dans le
coeur et dans la vie, par un acte conscient. La Bible dit: «Mais à
tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a
donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu» (Jean 1:12). Jésus
a dit: «Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un
entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai
avec lui, et lui avec moi» (Apoc. 3:20). Jésus peut être reçu en
faisant la prière suivante, ou toute autre prière semblable: «Seigneur
Jésus, j’ai péché en pensées, en paroles et en actes. Je
mérite la condamnation éternelle, mais tu es mort pour moi pour
ôter ma punition. Je crois fermement que Tu es le seul chemin
de Dieu conduisant au salut. Pardonne-moi tous mes péchés.
Viens dans mon coeur, afin que je devienne un enfant de Dieu et
que je ne périsse jamais! Amen!»

4. Le baptême d’eau.

Dès que l’on a reçu le Seigneur Jésus, on doit immédiatement
être baptisé. Le Seigneur Jésus a dit: «Celui qui croira et
qui sera baptisé sera sauvé» (Marc 16:16).

5. En finir avec le passé.

Celui qui a reçu Christ est une nouvelle créature en Christ
(2 Corinthiens 5:17). Il doit immédiatement en finir avec son
passé.

5. Lire la parole de DIEU, car le seigneur DIEU TOUT PUISSANTet son fils Jésus Christ se révèlent à toi à travers la parole de DIEU, la parole de DIEU est vie et Jésus Christ y est le chemin, le seul Nom qui te sauve sur la terre.
En Jésus Christ, tu fais partis désormais du corps du Christ, Jésus habite en toi et tu deviens le temple du saint Esprit car l’Esprit saint de DIEU prend place en toi.
La parole de DIEU nous dit que l’Eglise, c’est à dire le corps du christ, tous les chrétiens qui obéissent véritablement au seigneur vivent dans le monde, mais ne sont pas du monde et par ailleur les enfants de DIEU ne doivent pas avoir l’amour pour les choses du monde.

MERCI SEIGNEUR JESUS CHRIST POUR L’ OEUVRE QUE TU AS ACCOMPLIS A LA CROIX !

2575898885_1
Published in: on septembre 22, 2009 at 2:42  Laisser un commentaire  

L’abandon du péché !

1. La réalité du péché.

La Parole de Dieu dit clairement que tous les hommes ont
péché: «L’Eternel, du haut des cieux, regarde les fils de
l’homme, pour voir s’il y a quelqu’un qui soit intelligent, qui
cherche Dieu. Tous sont égarés, tous sont pervertis; il n’en est

aucun qui fasse le bien, pas même un seul» (Psaume 14:2-3).
«Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu» (Romains
3:23). Tous les hommes ont péché, et sont privés de la gloire de
Dieu, à tel point que toutes les bonnes oeuvres faites en dehors
de Christ sont comme un vêtement souillé. La Parole de Dieu
dit: «Nous sommes tous des impurs, et toute notre justice est
comme un vêtement souillé» (Esaïe 64:5). La nationalité, la
religion, l’éducation, etc…, ne peuvent pas ôter le péché.

2. La conséquence du péché.

Le péché reçoit un salaire. Personne ne peut pécher sans
rester impuni. La Bible dit que le salaire du péché, c’est la mort
(Romains 6:23). La mort a une double dimension. Il y a la mort
physique, qui est une conséquence du péché, et qui s’étend à
tous les êtres humains. Il y a aussi la mort spirituelle dans
l’étang de feu. La Bible dit: «Mais pour les lâches, les incrédules,
les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs,
les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans
l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort»
(Apocalypse 21:8). Dieu est fidèle. Il veillera à ce qu’aucun
pécheur ne manque son salaire.
Il y a aussi les conséquences du péché, qu’expérimentent
présentement ceux qui ne connaissent pas Jésus. Ce salaire se
traduit par des foyers brisés, des engagements brisés, des vies
brisées, d’innombrables enfants qui souffrent d’être nés en
dehors du mariage, le népotisme, la corruption, les maladies
vénériennes, etc… Le jugement est certain. La Bible dit: «Il est
réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient
le jugement» (Hébreux 9:27).

3. Le chemin pour sortir du péché: l’Amour de Dieu

Bien que Dieu haïsse le péché et doive punir le pécheur non
repenti, Il aime les pécheurs. Dieu aime les pécheurs, bien qu’il
haïsse leur péché.
L’amour de Dieu et le don de Son Fils
La Bible dit: «Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné
son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point,
mais qu’il ait la vie éternelle» (Jean 3:16). «L’amour de Dieu a
été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils
unique dans le monde, afin que nous vivions par lui» (1 Jean
4:9).

La mort de Christ

La conséquence du péché, c’est la mort. Le pécheur doit
mourir pour son péché, mais, parce que Dieu aime les pécheurs,
Il a envoyé Jésus-Christ pour mourir à leur place. La Bible dit:
«Christ est mort pour nos péchés» (1 Corinthiens 15:3). «Mais
Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous
étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous» (Romains
5:8). La mort de Christ était une nécessité absolue, car la
Bible dit: «Sans effusion de sang il n’y a pas de pardon» (Hébreux
9:22). La mort de Jésus ne fut pas une obligation qu’on
Lui imposa. Même avant d’être arrêté, Il dit: «Je donne ma vie,
afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de
moi-même; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la
reprendre: tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père» (Jean 10:17-
18).

La résurrection de Christ

Si Jésus était mort et n’était pas ressuscité des morts, Il
aurait simplement disparu comme les autres chefs religieux dont
nous connaissons les tombeaux, et qui attendent le jour de la
résurrection pour faire face au jugement de Dieu. Cependant,
Jésus est ressuscité des morts. Il a été vu par de nombreuses
personnes, y compris les disciples, qui reçurent de Lui une
nouvelle puissance, car Il était leur Seigneur ressuscité. Ils
furent ainsi motivés à Le prêcher à n’importe quel prix. Jésus ne
S’est pas ressuscité Lui-même. Dieu L’a ressuscité, comme
signe d’approbation de l’oeuvre de salut accomplie sur la croix.
La Bible dit: «Dieu l’a ressuscité» (Actes 2:24). «Dieu a ressuscité
le Seigneur» (1 Corinthiens 6:14). Il y a une tombe vide
(Jean 20:1-4) pour en témoigner. Jésus est vivant aujourd’hui.

GLOIRE A DIEU TOUT PUISSANT PAR SON FILS JESUS CHRIST POUR SA GRACE ET SA COMPASSION !  AMEN
9018_1043179174978_1690586908_88034_6637841_n
Published in: on septembre 22, 2009 at 2:35  Laisser un commentaire  

Hello world!

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!

Published in: on septembre 22, 2009 at 2:21  Comments (1)